CHATEAU DE BRIENNE

Brienne-le-Château

Coordonnées

CHATEAU DE BRIENNE
Allée du Château
10500 BRIENNE-LE-CHÂTEAU

03 25 92 82 41

accueil@grandslacsdechampagne.fr

http://www.grandslacsdechampagne.fr/

  Ajouter au panier

La famille des comtes de Brienne, l’une des plus anciennes de Champagne, s’illustra particulièrement au cours des Croisades : en 1231, Jean de Brienne eut l’honneur de ceindre la couronne de l’empire latin de Constantinople. Implanté sur la pente du promontoire qui domine la ville, leur château fut de ce fait confié à des intendants jusqu’à la fin du Moyen Age, avant de connaître une longue déchéance.
Acquéreur de la terre de Brienne en 1640, Henri de Loménie, secrétaire d’Etat de Louis XIV, obtint de l’ériger à nouveau en comté, mais ses successeurs ne s’intéressèrent pas davantage au château, dont on signalait en 1671 la ruine imminente du donjon et de la chapelle. Il fallut attendre un siècle pour que la situation change du tout au tout, à l’initiative d’Etienne-Charles de Loménie et à son frère Louis-Marie.
Intelligent et ambitieux, le premier choisit l’Eglise, devint cardinal archevêque de Sens, et bientôt premier ministre, tandis que le second épousait la fille d’un opulent financier. Disposant à la fois d’un gros revenu et d’une solide fortune, les deux frères agrandirent leur domaine et entreprirent la construction d’un véritable palais, vaste et doté de tous les agréments de l’époque. Pendant une douzaine d’années, le château devint pendant plus de six mois de l’année le cadre d’une vie exceptionnellement brillante : jeux, danse, chasses dans les grands bois voisins, comédies et ballets donnés dans la grande salle de spectacle creusée dans la colline, et même cours gratuits de physique dispensés par l’un des meilleurs spécialistes en cette matière. Ce n’était que fêtes dignes de l’éclat et de la magnificence de la maison d’un prince, où se pressaient beaucoup de gens de Paris et de la Cour, et toute la Champagne, raconte l’un de ces privilégiés.

Tout prit fin en 1789, le cardinal fut retrouvé mort dans son lit, pendant la Terreur, son frère périt, comme sa femme, sur l’échafaud. Mis sous séquestre, le château reçut en 1805 la visite de Napoléon qui connaissait bien Brienne pour s’y formé à l’Ecole d’Artillerie : il cherchait pour sa mère une résidence d’été. La jeune comtesse de Brienne qui s’y était retirée refusa de lui céder la château, arguant que s’il représentait beaucoup pour lui, pour elle, il représentait tout.
Restauré par le duc de Bauffremont, acquéreur en 1851, l’immense édifice tomba en 1931 aux mains de marchands de biens. Démeublé, puis délaissé et vandalisé, méprisé par les amateurs d’art qui le jugeaient froid et monotone, il dut finalement son salut à l’initiative et à la ténacité de Pierre-Marcel Wiltzer, préfet de l’Aube, qui obtint du Conseil général la décision d’y installer l’hôpital psychiatrique qui manquait au département.

Dans cet ensemble, inauguré en 1959, l’amateur d’architecture ne peut que louer l’habileté dont ont fait preuve les responsables de cette reconversion pour conserver au site son exceptionnelle qualité : les bâtiments techniques élevés sur les pentes ont été dissimulés par des bosquets, les abords ont fait l’objet d’un réaménagement paysager, et allées et perspectives ont été replantées telles qu’elles étaient dans les années 1780.

A l’intérieur, occupé par les bureaux de l’établissement, si la plupart des appartements ont perdu leur décor Louis XVI, le grand salon central a retrouvé ses stucs et un mobilier d’époque.
Brienne demeure l’un des rares grands châteaux français à avoir conservé l’ensemble de ses dépendances : il s’agit des deux grands pavillons encadrant la cour d’honneur, abritant à l’origine les appartements d’hiver des frères Loménie et reliés par des galeries souterraines aux caves du corps de logis, des écuries, des remises et de la salle de spectacle, toutes creusées sur les flancs de la colline, de l’orangerie, du lavoir et de la glacière, sans compter l’hôpital-hospice, situé près de la grille d’honneur.

Le site n'est pas accessible à la visite en dehors des visites estivales organisées exceptionnellement.

Labels

Monument historique

Que faire autour de "CHATEAU DE BRIENNE" ?

Rayon

Types

Catégories

Point d'intérêt